La Pastorale Souletine

 

La Pastorale Souletine (de la province de Soule/Xiberoa en Basque) est une  pièce de théâtre en langue basque. Elle est dansée, chantée et jouée en plein air.

La Soule est largement Bascophone, et donc on y trouve des acteurs locaux. Elle est traditionnellement jouée le dernier dimanche de Juillet ou le premier dimanche d’Aout. Il n’y a que deux représentations. Ses acteurs sont des bénévole d’un village de Soule, à tour de rôle. Une pastorale dure environ trois heures.  Elle conte une épopée de la tradition. La pastorale est considérée comme un évènement majeur par le milieu culturel basque. Les journaux locaux (Sud Ouest et la semaine du Pays Basque) en rendent compte. Alors qu’elle a disparu presque partout, elle a perduré en Soule portée par la tradition orale.

 

Origine de la pastorale de Soule

A l’origine, la Pastorale prend son origine dans les drames liturgiques du Moyen Âge, et de la Fête Dieu,  encore fêtée dans le pays. Cependant, la Pastorale a  évolué au fil des années. Aux XVe et XVIe siècles, les seules sources d’inspiration proviennent des légendes religieuses et héroïques.  Dans les années 1950, sous l’influence du poète Pierre Bordaçarre, on assiste à une rénovation en profondeur. En particulier, les thèmes traités  ne s’inspirent plus que de l’histoire du Pays Basque.

 

Le dualisme de la pastorale Souletine

Sa particularité la plus importante de la pastorale Souletine réside dans son dualisme. En effet, une distinction claire entre les bons et les méchants apparait clairement.

Les bons sont les chrétiens (en bleu), les anges et les prêtres.

Les mauvais sont les Turcs (sarrasins, en rouge ), les français, les anglais et les espagnols. Les danseurs souletins, les satans (en rouge, avec un pantalon jaune) ponctuent la représentation de leurs commentaires acerbes et de pas de danse.

La pastorale aujourd’hui

Chaque année, un ou deux villages proches se charge de l’organiser( Tardets, Barcus, SAINTE Engrâce, etc).  Il faut alors rassembler toute la population qui se mobilise. Tout le monde est bénévole, on fait appel aux expatriés du village dans les grandes villes. En effet, la Pastorale maintient les liens entre les natifs d’un village qui se retrouvent pour la réussite des deux représentations données. La logistique est énorme pour un petit village, et on parle de budgets de 100 000 à 200 000 €.  IL faut trouver le thème  de la Pastorale, concevoir les chants, louer des estrades, créer les costumes et les réaliser. Et enfin, pour une meilleure compréhension du dialecte souletin, un petit livre bilingue permet de comprendre plus aisément les scènes.

La pastorale en 2017 et prévue en 2018

Par exemple, en 20l7, le thème choisi par les communes voisines d’Altzai et de Lakarri rappelait un épisode de l’histoire du Royaume de Navarre à travers la vie de Joan d’Arberoue plus connu sous le nom du capitaine Joanikot.

La Pastorale de l’an prochain 2018 aura lieu  à Mauléon, la capitale souletine,

 

retour à l'accueil

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.