victor-hugo-mvh1-300x250 Victor Hugo au Pic du Midi culture  Victor Hugo Pic du Midi On doit à Madame Colette Munoz une anthologie de poètes dans le SUD OUEST, qui comprend la visite de Victor Hugo au Pic du Midi. On trouvera également dans les souvenirs du célèbre écrivain le récit de son voyage à Bayonne et Biarritz.

 

Pic du Midi

Quand le voyageur sort d’Oyarzun », il s’étonne,
Il regarde, il ne voit, sous le ciel qui tonne,
Que le mont d’Oyarzun, médiocre et pelé:
– Mais ce pic du Midi dont on m’avait parlé,
Où donc est-il? Ce Pic, le plus haut des Espagnes,
N’existe point. S’il m’est caché par ces montagnes,
Il n’est pas grand. Un peu d’ombre l’anéantit. –
Cela dit, il s’en va, point fâché, lui petit,
Que ce mont qu’on disait si haut ne soit qu’un rêve.

 

il marche

 

Il marche, la nuit vient, puis l’aurore se lève,
Le voyageur repart, son bâton à la main,
Et songe, et va, disant tout le long du chemin:
– Bah! s’il existe un Pic du Midi, que je meure!
La montagne Oyarzun est belle, à la bonne heure ! –
Laissant derrière lui hameaux, clochers et tours,
Villes et bois, il marche un jour deux jours, trois jours;
– Le genre humain dirait trois siècles; – il s’enfonce
Dans la lande à travers la bruyère et la ronce;

Il se tourne

 

 

Enfin, par hasard, las, inattentif, distrait,
Il se tourne, et voici qu’à ses yeux reparaît,
Comme un songe revient confus à la pensée,
La plaine dont il sort et qu’il a tra­versée,
L’église et la forêt, le puits et le gazon;
Soudain, presque tremblant, là-bas, sur l’horizon
Que le soir teint de pourpre et le matin d’opale,
Dans un éloignement mystérieux et pâle,
Au-delà de la ville et du fleuve,
au-dessus d’un tas de petite monts
sous la brume aperçus
Où se perd Oyarzun avec sa butte informe,
Il voit dans la nuée une figure énorme;
Un mont blême et terrible emplit le fond des cieux;
Un pignon de l’abîme, un bloc prodigieux se dresse, aux lieux profonds mêlant les lieux sublimes,
Sombre apparition de gouffres et de cimes,

Il arrive

Il est là ; le regard croit sous son porche obscur voir le nœud monstrueux de l’ombre et de-l’azur,
Et son faîte est un toit -sans brouillard et sans voile,
Où ne peut se poser d’autre oiseau que l’étoile;

C’est le pic du Midi.

* Ville d’Espagne, entre Hendaye et
Saint-Sébastien

Victor Hugo

 

A l’ exception des intertitres, le reste est transcrit tel quel, malgré les indications de GOOGLE demandant de nombreuses modifications de texte…..Reconnaissons que Victor Hugo écrit unFrançais magnifique, que les outils de Google ne savent pas apprécier… du moins pour quelque temps !