Accueil Accueil » accueil » Identité basque et patrimoine » La force basque, symbole identitaire

La force basque, symbole identitaire

La tradition de la force basque remonte à la vie agricole traditionnelle. Autrefois, les fermiers Basques se lançaient des défis entre voisins pour tester leur force et voir lequel d’entre eux était le plus fort. De ces défis est née la force Basque. La force Basque comprend donc plusieurs épreuves dont la plupart sont originaires du travail dans les champs ou à la ferme.

Tradition de la force basque

Les Basques ont toujours réussi à conserver leurs sports ruraux. Ces défis entre villages, issus des travaux quotidiens, sont devenus de véritables sports codifiés, avec leurs exhibitions pour touristes, mais aussi et surtout leurs propres championnats organises dans les sept provinces et dans les diasporas. Les Basques sont réputés à travers le monde pour leur force physique, et ces sports y sont pour beaucoup. On distingue les épreuves nées des travaux des champs, les plus nombreuses.

Les principales  épreuves pour hommes

Il semble, pour commencer, que la liste ne soit pas figée. On trouve des listes de 8 , 10 et même 14 disciplines ou épreuves. Voici donc les principales

Le sokatira

– Le tir à la corde, soka tira : épreuve opposant généralement deux villages. L’équipe gagnante est celle qui a tirée l’autre dans son camp.                C4 EST La plus célèbre de toutes les épreuves, pratiquée dans 14 pays., où chaque équipe de huit hommes par cordée devra tirer l’équipe adverse sur 4 mètres.  Le tir à la corde fut discipline olympique de 1900 à 1920.

Les arpanariak

– Les scieurs de bois, arpanariak : Deux hommes de la même équipe, doivent scier une bûche en plusieurs  (en principe, 10) disques dans un minimum de temps. La scie mesure environ 2 mètres.

– Les bûcherons, aizkolariak :

Le bûcheron doit couper le plus rapidement possible et à la hache des troncs d’arbres sur lequel il se tient debout.                Aizkolari

– Les leveurs de pierres, harri jazotzaleak :

Un homme doit lever autant de fois que possible une pierre sphériques qu’il fera tourner autour de son cou avant de la relâcher ; ou il la soulèvera jusqu’à l’épaule avant de la relâcher. Enfin, on trouve également le lever de pierres rectangulaires.

– Lever de charrette, orga joko :

Un homme doit soulever une charrette de 350 kg posée sur son timon, et faire autant de tours que possible sans que les roues de la charrette ne touchent le sol.           

– Porteur de sacs, zaku lasterka :

Course en ligne de 120 mètres de distance, dans laquelle les coureurs doivent porter un sac de blé ou de mais de 80 kg sur leur épaule.

-Porteur de bidons, untziketariak :

Course d’endurance durant laquelle on doit parcourir la plus grande distance avec un bidon de lait au bout de chaque bras. Chaque bidon pèse  41 kg. Le coureur  est stoppé quand un bidon touche le sol.

– Lever de paille, lasto altxatzea :

Cette épreuve consiste à lever un ballot de paille un maximum de fois en deux minutes et à une certaine hauteur (4 ou 8 mètres par exemple), grâce à une corde passant dans une poulie et fixée au ballot. La botte de paille pèse quand même  45 kg !

– Faucheurs, segalari :

Une parcelle de champ doit être fauchée à la faux le plus rapidement possible.

– Lanceurs de barres à mines, Barraki :

Des concurrents doivent lancer des barres à mines le plus loin.

Des épreuves féminines aussi

Enfin, dans la province du Labourd, des catégories sont ouvertes aux femmes, dont le sciage de troncs et le ramassage de l’épi de maïs. par exemple , on trouve des équipes à Baigorri.

Pour en savoir plus :

https://www.eke.eus/fr/culture-basque/sports-basques/force-basque

Cliquez ici pour en savoir plus sur les symboles de l’ identité basque