La Bastide Clairence, site touristique

La Bastide Clairence, site touristique, appartient au groupe très fermé des « Plus beaux Vil­lages de France ».

Cette bastide navarraise se situe dans la pro­vince basque de Basse-Navarre. Sa construction remonte au XII° siècle.

Repères historiques

En 1283, Clément de Launay, gouverneur de Navarre, envoya le châtelain de Saint-Jean-Pied-de-Port, Jean de Bruay, en reconnaissance sur ce territoire . Ils décidèrent de créer, en 1284, une première maison forte sur le point extrême de la Joyeuse (rivière affluent de l’Adour). Cette maison,
pourtant bien gardée ne parvint pas à contrôler l’ accès de la Joyeuse.

En 1312, Louis X le Hutin, roi de France et de Navarre, décida d’une création plus importante, une bastide qui prendrait le nom de « Bastida de Clarenza « . A cette époque, Labastide Clairence de nombreux marchands assurent à cette place forte une certaine prospérité. Au XIV ème siècle on voit apparaître deux moulins et une église soutenue par une importante confrérie de Saint Nicolas.

La Bastide devient aussi le siège du gouvernement de Navarre entre les 12 ème et 13 ème siècles.

La prospérité de La Bastide Clairence décline après 1388, due à la grêle et au passage de certaines milices . Plus tard, au début du XVII ème siècle, s’installe une importante colonie de juifs chassés d’Espagne, près d’une centaine de familles. Comme à Bayonne et Bidache. Un siècle plus
tard, il n’en restait plus qu’une quinzaine.

A la fin du XIX ème siècle, les derniers artisans et négociants disparaissent. Parmi eux, les bonnetiers, écrasés par la bonneterie indus­trielle, quittent le village. Entre 1830 et 1840 ceux qui restaient se reconvertissent dans le chocolat.

Le village aujourd’ hui

Le centre du village correspond encore au plan initial de ce qu’était une bastide, avec ses maisons à colombages alignées le long de la rue Notre-DAME. Une place centrale entourée de maisons à arcades semble accueillir la rue.

Actuellement, la ville a retrouvé une activité et une dynamique artisanale. Elle a fait renaître l’artisanat d’art et la création (Tisserands, tapissiers,
forgerons, artistes peintres, etc.). In y trouve une dizaine d’ artisans d ‘art et un important marché potier à la fin de l ‘été.

L’ église

L ‘église Notre Dame de l’Assomption, à l’origine gothique, change d’apparence avec les remaniements du début du XVIII ème siècle. Des éléments originels subsistent au portail. On remarquera préau entièrement pavé de dalles funé­raires. Derrière l’église, un cimetière juif rappelle qu’une communauté y vécut aux XVII et XVIII ème siècles. Propriété du Consistoire Israélite de Bayonne, ce petit espace clos et fleuri conserve 60 tombes datées de 1620 à 1785, certaines d’entre elles utilisant des caractères hébraïques. Enfin, on remarquera la porte latérale réservée aux cagots, une minorité de parias, existant dans plusieurs villes du Pays Basque et d’ ailleurs.

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *