Accueil » Cambo-les-Bains

Cambo-les-Bains

Cambo-les-Bains est une station de thermalisme connu depuis le Moyen âge comme lieu de dévotion populaire. Les pèlerinages à Saint Jacques de Compostelle participèrent au développement de Cambo-Les-Bains.
Le quartier le plus ancien est le “Bas Cambo” bâti tout près des rives de la Nive pour une simple raison, les chalands pouvaient remonter le cours de la rivière jus­ qu’au quartier Haurtzan, en amont, où l’on peut voir l’ancien port fluvial. Les plus anciennes maisons datent de la fin du Moyen âge. La station attire les curistes pour ses eaux thermales depuis le XVII ème siècle (deux sources l’une sulfureuse, l’autre ferrugineuse). En 1728-l729 Anne Marie De Neubourg reine douairière d’Es­pagne en fit un de ses lieux favori. Napoléon III et l’impératrice EUGENIE venaient y prendre le thé quand ils étaient dans leur palais de Biarritz.

Plus tard, le professeur Grancher participe lui aussi au développement de Cam­bo Les Bains. Venu pour se faire soigner, il y fit construire la villa Rosaenia (visite sur demande 05 59.29.71.15) et devint maire de la localité. Ainsi, sur ses conseils, Ed­mond Rostand vint s’installer à Cambo-les-Bains. Il y fit bâtir la villa Arnaga de style néo-Iabourdin en 1903. Edmond Rostand attira dans sa villa écrivains, hommes politiques, artistes.

LA VILLA ARNAGA.

Construite au début du siècle par l’architecte Albert Toumaire, la villa fut imaginée par Edmond Rostand.
Rosemonde Gérard, l’épouse du poète, y écrivit ses célèbres stances dont on a fait les médailles d’amour: “aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain “. L’ensemble résidentiel se trouve sur un plateau entouré de bois et d’un magnifique jardin à la française. Parc et jardin n ‘ont quasiment pas changé. La villa devient un peu plus tard la propriété d’ un homme d’affaire puis de la ville en 1962. La Villa Arnaga devient alors un musée parfai­tement entretenu. Le guide fait découvrir la roseraie, le grand bassin et ses jeux d’eau. Et les bustes de célébrités admirées par le poète (Shakespeare, Victor Hugo … ).Enfin les pièces où se tenaient Edmond et son épouse, le bureau dans lequel Edmond écrivit nombre d’oeuvres connues et inconnues. Une visite de ce musée représente une cure de recherche de souvenirs .

L’EGLISE SAINT LAURENT

On accède à l’église par une pelouse qui remplace l’ancien cimetière mais qui reste parsemée de stèles discoidales et tabulaires du XVII ème siècle. Le clocher de cette église labourdine est surélevé en 1874. A l’intérieur, autour de la nef trois étages de galeries, un rétable du XVII ème siècle en bois doré avec un très beautableau représentant le martyre de Saint Léon patron de la paroisse.

Un reportage photo de Michel Vincendeau

Michel Vincendeau est un photographe amateur de grand talent, qui m’a autorisé à utiliser ses reportages photos. Sur le Pays Basque en particulier, chacun pourra apprécier son travail. Merci Michel

Après Cambo, vous pourriez continuer et aller visiter Ainhoa, Larressore, Hasparren, Jatxou, etc

Laisser un commentaire