Home » identité Basque » Comprendre la pelote basque, la fierté du pays

Comprendre la pelote basque, la fierté du pays

publié dans identité Basque

Pour comprendre la pelote basque, commencez par écouter, en arrivant dans un village, au fronton. clac clac, le rebond nerveux de la petite balle qu’on lance, et relance. C est la pelote Basque. Juste un petit aperçu pour le moment.

Un jeu venu de l ‘antiquité

Avant les Basques, les Egyptiens et les Grecs ont pratiqué le jeu de balle, jeu connu depuis l’ Antiquité. Lors des rencontres de « pilamatum », les Mayas et les Aztèques accordaient au vainqueur le Droit de mort sur son adversaire: son sang pouvait être offert en sacrifice sur l’autel des Dieux.

Les Romains aussi, ont joué à la balle. On pense que le nom « pilota » provient du latin « pila ». Au Moyen Age, les Arabes introduisent le jeu de paume en Europe: longue paume, puis courte paume. Cette dernière se pratique dans un lieu fermé appelé « tripot », qui don­nera naissance au « trinquer », puis « trinquet » qui désigne l ‘espace fermé où se pratiquent aujourd’hui les parties de pelote basque.
Très en vogue à Paris et en province au XVIIe siècle, ce jeu tombe en désuétude, sauf au Pays basque où le jeu de paume évolue sous deux formes: le « sorphopi­la » et le « botaluze » ou « bora luze », disputé sans mur, sur l’herbe ou sur la terre battue.

comprendre la pelote Basque dans son pays

Avec l’apparition du caoutchouc, la pelote se fait plus vive. Pour parer à ses grands re­bonds, on construit des murs: le « laxoa » s’appelle maintenant « rebor ». On passe alors au jeu direct, en plein air, soit le « blaid » ou renvoi sur le mur. Et le
jeu de pelote poursuit son évolution …

Aux XVIIIe et XIXe siècles, la pelote fait figure de « sport national » au Pays basque. La renommée des joueurs de pelote – pilotari – dépasse les rives de la Bidassoa pour s’étendre jusqu’en Amérique du Sud … Perkain est l’un des premiers « pilotari » à en­trer dans la légende: en 1793, pendant une partie de pelote disputée aux Aldudes, les gendarmes l’interpellent, l’accusant d’être contre-révolutionnaire (ou
contrebandier). La foule proteste et refuse que le jeu soit interrompu. Perkain, se servant de sa balle et de son gant de cuir, vise le front d’un gendarme. La confusion qui s’ensuit et la complicité des spectateurs favorisent la fuite outre frontière du pelotari.

Les trinquets et les frontons se multiplient. Le jeu engendre des paris.

la pelote au XX ème siècle.

La premiè­re guerre mondiale met un terme à cet engouement.
L’herbe pousse au pied des frontons, jusqu’à l’arrivée
de Jean Ibarnegaray, qui ressuscite la pelote et en co­difie les règles. La Fédération française de pelote basque est créée le 3 janvier 1921, bientôt suivie par la Confédération espagnole de pelote basque.

Un développement international

Rapidement, la pelote basque apparaît au plan international. Pour la première foi de son histoire, elle participe, en tant que sport de démonstration, aux Jeux Olympiques de Paris en 1924.

La signature des statuts a lieu en 1930 à Espelette, au Pays basque, toujours en présence de Jean Ibarnegaray. Mais il faut attendre la fin de la guerre de 1939-1945 pour voir vraiment renaître la pelote basque. On lira aussi la légende de Chiquito de Cambo dans les Basques célèbres.

Tout au long de son histoire, la pelote basque a subi des transformations diverses. Depuis la « pala » qui nécessite de
simples raquettes de bois en passant par le « joko garbi » au petit chistera, la pelote compte vingt-deux disciplines, adaptées à cinq types d’aires de jeux. Quatorze de ces disciplines sont reconnues au niveau international.

le jeu à main nue

Au Pays basque, le jeu « à main nue » reste le plus populaire. Il se pratique en trinquet ou en place libre, avec ce véritable petit boulet de cuir qui exige
une paume d’acier. Le spectateur attentif ne manque pas d’observer que les paris engagés par les amateurs ajoutent du piment aux enjeux!

Un détour par le musée basque de Bayonne et le musée de Saint-Jean-Pied de Port complèteront l’ image traditionnelle de la pelote basque, inscrite à l’ inven­taire du patrimoine culturel.

Les commentaires sont fermés.