Sare, village typique du Labourd, jouit d’une belle réputation. La légende veut que Sare soit le pays de la palombe mais aussi des contrebandiers ! Mais, plus récemment, Sare a rejoint le club très fermé des plus beaux villages de France.

On peut accéder à SARE par différentes routes.LA ROUTE du col de SARE passe devant l ‘accès à la Rhune. Cliquez ci-dessous pour accéder au site Internet de la Mairie.

Site de la mairie de Sare

Repères historiques

Lorsque l’ on séjourne à Sare, il se dégage une impression de calme et de bien être, pourtant il n’en fut pas toujours ainsi. En 1693, ses habitants, les Saratars, durent s’oppo­ser farouchement aux voisins espagnols. Sur la façade de la maison du XVII ème siècle qui abrite la mairie, on peut lire une inscription en basque.L ‘inscription signifie :

 » concédé à la commune de Sare en 1693 par Louis XIV en reconnaissance du courage et de la fidélité de ses habitants ».

Autre épisode douloureux de l’histoire de ce village, suite à la désertion de 47 jeunes d’Itxassou, un arrêté d’exécution du 3 mars 1793, condam­ne les Saratars à la déportation et à voir leurs biens confisqués. Ceux ci étant accusés de haine contre la révolution et d’ incivisme. La population fut entassée dans l’église,puis dispersée dans d’autres paroisses et déportée dans plusieurs communes des Lan­des.

Son retour fut décidé le 30 septembre 1794. Le premier janvier 1795, la société populaire de Bayonne dénonça à la convention les Représentants, les accusant d’ avoir dépeuplés les villages et fait périr plus de 1600 personnes.

Après la révolution, Sare perdra les privilèges liés à la quasi autonomie dont elle bénéficiait sous la monarchie. De cette époque, témoignent aujourd’hui de magnifi­ques maisons labourdines à colombages rouges et verts. A l’extérieur du village, se trouvent 14 chapelles érigées à la suite d’un voeux formulé par les marins de Sare.
Également à l’écart du village, se trouve le quartier Ihalar aux magnifiques et pitto­resques maisons du XVI ème siècle qu’il faut absolument découvrir. Bien évidemment  Sare est un théâtre de verdure fier de son histoire et de son identité.

L’ église Saint-Martin

Cette église typique du Pays Basque, avec ses trois étages de galeries à balustre, date du XVII ème siècle. Elle possède un clocher carré labourdin et porte cette inscription
«Toutes les heures blessent, la dernière tue».

L’église Saint-Martin renferme aussi la sépulture de Pierre Axular, né en 1556 à Urdax et décédé en 1644, chef de file de la littérature du XVII ème siècle. Il fut nommé curé de Sare en 1600 par Bertrand
d’Echaux, évêque de Bayonne. En 1865, le prince Louis-Lucien Bonaparte lui rendit hommage et fit apposer l’épitaphe suivant:

«EZ DAGO ATSEDENIK TA ODEI GABE EGUNIK ZERUETAN BAIZIK»
Ce qui signifie: « Il n ‘y a pas de jours sans nuage que dans l’au delà».

Les grottes de Sare

A proximité, un site naturel, unique, attire les visiteurs. Des grottes préhistoriques où se sont succédés, depuis des milliers d’années, des hommes qui ont laissé là le témoignage de leur vie. Vous pouvez le découvrir, en suivant un par­cours millénaire, avec son et lumière. Laissez-vous guider par le » chemin bleu » qui illumine les galeries. Du large porche (52 mètres de long, 25 mètres en son point le plus haut), on accède à l’étage où se réfugia l’ours des cavernes. Ensuite, infiltrez-vous dans le méandre et ses galeries dra­pées de calcite. La grotte de Sare aménagée en 1912 a subi une importante rénovation en 1988.

Informations pratiques sur les grottes

Ouvert de Pâques à novembre 10h à 13h et de 14 à 19h

juillet et août, journée continue de 10h à 21h30.

Tél. +33 5 59 54 21 88.

Une idée : Visitez les autres villages appartenant aux « Plus beaux villages de France, comme AINHOA, ou La Bastide Clairence au Pays Basque.