les stèles discoïdales, identité Basque

Le touriste et  le résident, découvrent tous l ‘originalité et la beauté des stèles discoïdales du Pays Basque. On les appelle discoïdales, tout simplement parce que une forme de disque surplombe la stèle funéraire.

une stèle discoïdale
une stèle discoïdale de la vallée du Baztan

Première définition et origine des stèles discoïdales

Il s’ agit donc d’ une pierre levée verticalement  placée sur une tombe, et dont le sommet s’arrondit en disque.

Les archéologues et historiens pensent que la forme des stèles funéraires, discoïdales, trouve son origine  dans la peur qu’engendrait le soleil sur les premiers habitants du Sud-Ouest, et donc du Pays Basque.

L ‘origine des stèles

Parfois remarquablement ornementées, de tailles différentes, ces stèles pourraient être les dérivés anthropomorphiques du menhir. Après la floraison des XVIe, XVIIe et XVIIIe s., ces stèles sont progressivement remplacées par des croix aux contours souvent originaux.

Mais on en a également trouvé , çà et là, en Espagne et au Portugal. Ce qui semble confirmer un apport de la civilisation Ibérique. On y voit la continuité de cultes funéraires anciens autour de dérivés anthropomorphiques des  menhirs celtes.

On trouvera facilement des explications détaillées au Musée Basque de Bayonne.

Les variations du décor

Les stèles les plus anciennes que nous connaissons ne datent que des XVIe et XVII’ siècles, à l’époque où déjà leur symbolisme avait diminué et où l’on ne gravait plus de motifs que par tradition.

Le disque est généralement orné, soit  d’un Lauburu, soit d’autres symboles géométriques, végétaux. Les siècles postérieurs ont également vu l ‘apparition de signes religieux , et  plus tard le nom de la famille.

De même, les spécialistes analysent facilement la provenance géographique des stèles en fonction de leur dessin, de leur taille.

les stèles depuis le XIX siècle

Les siècles et la révolution française en ont probablement cassé de très nombreuses, mais on en dénombre encore environ 3000.

Ainsi, après avoir disparu, ces stèles sont de nouveau utilisées, et il n ‘est pas rare de les voir dans des cimetières modernes, comme preuve que ce modèle de stèle a une durée de vie plus longue que les humains enterrés dans les cimetières du pays BASQUE .