3 plus beaux villages

  • par

Le Pays Basque s ‘enorgueillit  de proposer aux tourismes trois villages classés par l ‘Association des plus beaux villages de France. Reconnaissons le, les trois méritent vraiment votre visite. Dans une deuxième étape, je vous proposerai d ‘en visiter d ‘autres.

AlNHOA

Le premier des trois s ‘appelle Ainhoa. Il  a la particularité d’être une bastide-rue. Ce village est situé à mi-chemin entre Sare et Espelette.

Repères historiques

Cette bastide rue, contrairement aux autres, a été dessinée par les moines Prémontrés d’Urdax, de l’autre coté de la frontière. Elle a été fondée au XIII siècle sur la voie du Baztan (de Bayonne à Pampelune), puis détruite pendant la guerre de trente ans  (1618-1648).

On ne se perd pas dans un dédale de ruelles mais on longe un axe principal ponctué de maisons séculaires,  dont certaines datent du XVII siècle. L’une d’entre elles porte une inscription de 1662. Elle témoigne de son achat ou rachat par une certaine Marie de Gorriti. Elle l’acheta avec l’argent des Amériques envoyé par son fils décédé.

Visite

L’église, une ancienne place forte, est une curiosité. D’origine Romane , elle a été surélevée au XVI siècle. Ses galeries datent de 1649. Et le clocher (en forme de tour, à 5 niveaux)  rappelle celui d’Espelette. On admirera à l’intérieur le retable doré du maitre-autel, les boiseries et le plafond. Un fronton érigé en 1849 y est accolé.

Notre Dame d’Arantzazu.

Sur les hauteurs du Mont Atsulay qui domine le village, se trouve la chapelle Notre-Dame de l’Aubépine. Son nom provient d’une apparition de la Vierge à un berger dans un buisson d’aubépines. Son dernier ermite y mourut en 1825. L’église est accessible au terme d’une marche de quarante-cinq minutes. On admirera des stèles discoïdales dans le calvaire voisin de l’Eglise.
 Depuis cette hauteur, on peut admirer  la vue panoramique sur la côte atlantique.

Gastronomie

 Avec son restaurant étoilé (lthurria, un macaron), ses bonnes tables traditionnelles (Maison Oppoca et restaurant argi Eder, et les autres…) et son atelier de pains d’épice, la destination promet égalemen tquelques plaisirs terrestre.

Ainhoa pratique

On peut aussi visiter la maison du patrimoine , elle diffuse un film sur le village.

www.ainhoa.fr

Téléphone 05 59 29 93 99

Restaurant Ithurria

place du fronton

Tél 05 59 29 92 11  www.ithurria.com

Maison Oppoca ,

dans le bourg, téléphone 05 59 29 90 72 www.oppoca.com

Hotel restaurant Argi Eder,

quartier de Boxate

Tél 05 59 29 72 00  www.argi-eder.com

l' un des plus beaux villages de France

LA BASTIDE-CLAIRENCE

Impossible de ne pas succomber à cette bastide navarraise , qui se trouve, non en province du Labourd, mais en Basse Navarre.

Situation

La Bastide Clairence se trouve à une trentaine de minutes de Biarritz, sur l’autoroute de Toulouse, et à proximité également de Bidache qui mérite la visite.

Repères historiques

La Bastide-Clairence, a pour origine sa fondation en 1314 par Louis 1er de Navarre, qui devint peu après roi de France sous le nom de Louis X le Hutin. Cette Bastide, ville libre, sécurisait l’accès vers le Nord et Bayonne. Mais la Navarre est coupée en deux, et les Juifs Séfarades , chassés par l’Espagne, s’y installent, ainsi qu’à Bidache. Puis la communauté disparait petit à petit.

Visite de La Bastide Clairence

Le village a su préserver sa splendide architecture. On devient vite charmé par sa place des Arceaux, ses solides demeures à colombages et son église du XIV· siècle.

Ici, pas de boutiques de souvenirs mais des ateliers d’art et d’artisans. on y rencontre des ébénistes, potiers tisserands,, peintres, et même un fabricant de guitares électriques et un parfumeur.

En visitant l’Eglise, prêtez attention à la porte réservée aux cagots, intouchables jusqu’à la Révolution,   et à leur histoire. Si vous visitez le cimetière, vous admirerez des stèles discoidales, et une soixantaine de tombes juives, en face. Dans le village, vous verrez de nombreuses  maisons avec des dates de construction vieilles de plusieurs siècles.

La Bastide Clairence pratique

office de tourisme 

Téléphone 05 59 29 65 05

www.labastideclairence.com

Vous trouverez aussi dans le village, ou à proximité, de sympathiques tables. Bien que non étoilées, elles méritent de s’y attabler.

Marché des potiers en Septembre, bloquant tout le village.

SARE

Enfin, découvrons le troisième village Sare, au pied de la Rhune.

Les frontons



L’actuel fronton municipal de Sare est le troisième de la commune. Le premier, construit vers 1790 dans le quartier Xarboerreka, fut démoli au milieu du XlX°siècle et remplacé par un deuxième, bâti en 1851 dans le quartier Halar, restauré en 1929, mais abattu en 1940 par une tempête. Et enfin, on élève un troisième fronton communal en 1803, rehaussé en 1902. Il subit plusieurs restaurations de 1919 à 1999. Sare possède également un trinquet datant du milieu d’xix-siècle.

FÊTES DE SARE


Les fêtes de Sare  du 12 au 15 Septembre) sont le dernier rendez6vous festif de la région. La foule envahit le fronton, le trinquet et les places du village pour les animations musicales, chants et danses. Les hommes s’affrontent ou simplement assistent aux parties de pelote du tournoi Elite Pro, ou au gala de force basque.

Enfin, les épreuves de Soka lira (tira la corde) et surtout l’Ahate Jokoa, jeu de l’oie à cheval complètent l’animation.

Le soir, quand s’allument les toros de Fuego pour la dernière nuit, on défait les pañuelos (foulards)rouges. Et on se dit à l’année prochaine.

LES GROTTES DE LEZEA

Les Grottes de Sare, «Lezea », n’ont pas changé depuis 2 millions d’années! Passé le porche d’entrée, l’un des plus grands d’Aquitaine, les visiteurs sont plongés dans des salles aux dimensions vertigineuses, espaces privilégiés pour prendre le temps … d’oublier le temps!

Aux Grottes de Sare, désormais les visiteurs pourront entendre dans les profondeurs de la terre l’écho d’une aventure qui dure depuis des millénaires. Au-delà d’un cours de géologie ou d’histoire, au-delà d’une simple visite en son et lumière, chacun esl invité à essayer de comprendre ce lien perpétuel entre Nature et Culture, entre Individu et Société …

La présence humaine la plus ancienne au Pays Basque est avérée par des traces présentes dans les grottes telles que celles de Sare. le prêtre et ethnologue José-Miguel Barandiaran, érudit, leur a consacré une partie de sa vie ainsi qu’à l’histoire du peuple basque. Il fit des recherches en anthropologie, linguistique et archéologie, considéré ainsi Comme le patriarche de la culture basque. les grottes furent occupées par l’homme, il y 30 000 ans.

Des outils, des fragments de céramique et des ossements témoignent de la présence humaine au Moustérien, au Gravettien et au Magdalénien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *